Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Couettes Maxime
  • : Avec sa conception originale et ses caractéristiques techniques, la couette Maxime offre à tous ses utilisateurs un confort maximum et une qualité haut de gamme. Elle est fabriquée avec des matériaux respectueux de l'environnement : tissu 100% coton non blanchi, hypoallergénique, et pur duvet neuf d'oie grise fermière.
  • Contact
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 13:58
La dépêche, le 13/12/07:

Solidarité. Christine Gil a investi ses indemnités de licenciement dans son entreprise de confection de couettes. Tout le village l'a soutenue.

La belle histoire de la couturière de Quérigut

Le feu crépite dans l'âtre de la cheminée. Des volutes de fumée s'échappent des tasses à café. Et les amis de Christine devisent gaiement. Une sensation de quiétude flotte dans le salon tandis que la fraîcheur tombe sur les monts du Donezan. La nuit enveloppe peu à peu le clocher de Quérigut, les sommets environnants se détachent dans la pénombre, noirs, presque menaçants dans cette contrée du bout du monde ariégeois, mais la lumière brille dans le logis, comme dans les yeux de la toute jeune chef d'entreprise. La Couette Maxime a quatre mois ; le bébé babille à peine mais porte déjà en lui les espoirs de ses géniteurs. Et ceux de toute une communauté.

À 49 ans, Christine Gil irradie de cet enthousiasme qui caractérise les jeunes gens prêts à croquer l'existence. Son regard ne trompe pas : elle aime sa vie, sa nouvelle vie. Remerciée il y a un an de chez Valandré, entreprise textile sise à Belcaire au sein de laquelle elle a cousu des vêtements de sport durant seize années, Christine a décidé d'investir ses indemnités de licenciement (près de 6 000 €) dans sa fabrique artisanale de couettes. Une décision personnelle bien sûr, mais mûrie, imaginée et portée collégialement. « Déjà, précise-t-elle, c'est Jean-Pierre (son compagnon) qui a eu l'idée. Il en avait assez que le duvet de notre couette glisse sur les côtés au cours de la nuit ; il trouvait qu'elle perdait en efficacité. Il a donc imaginé de cloisonner l'intérieur de la couette et de remplir ensuite les compartiments de duvet. Je me suis juste chargée de la confection d'un prototype ». Jean-Pierre a également mis grandement la main à la pâte dans la création des tables de travail et de la réserve à duvet de l'atelier. Et l'atelier pensez-vous ? « Ça, c'est la mairie qui a tout fait », reprend Christine toujours aussi enjouée. « Nous disposions d'un local inutilisé juste au sous-sol de leur appartement, précise Pierre, adjoint au maire, comme pour se justifier. En fait, ce bâtiment accueillait des colonies de vacances. Nous y avons aménagé des logements, la pharmacie, une salle de gym pour les aînés, l'école… » « Et maintenant, mon atelier », coupe Christine. « Dans les anciennes douches, n'est-ce pas Pierrot ? », rit-elle encore. « Vous savez, quand à Quérigut quelqu'un a une idée et veut se lancer, nous sommes toujours prêts à l'aider », reprend Pierre, pardon Pierrot. « Ici, c'est la règle. Sans cela, je ne vois pas trop comment nous pourrions nous en sortir. Économiquement, nous voulons, nous devons croire à ce projet ».

Dans le chef-lieu d'un des cantons les moins peuplés de France (à peine plus de 500 habitants), la solidarité n'est pas juste une idée dans l'air du temps. « Ici, on ne vit pas comme vous », souffle Georges Vigneau chantre du tourisme local. Entraide, conseil, écoute, autant de concepts déclinés depuis un an au fil de l'aventure de Christine. Quand Denis en fils convaincu apporte son indéfectible soutien, Siou-Hea réconforte, en amie fidèle. Si Anny s'attache à l'orthographe et à la syntaxe des courriers et autres écrits, Sandrine imagine le site internet. Et Christine d'insister sur les contributions de Corinne, Albert (ah, le lit à La Poste…), Roger… Stop ! « Il y a même une habitante qui m'a dit qu'elle me commanderait deux couettes ! Elle n'en a pas vu une seule mais elle a promis que, pour moi, elle en prendrait deux de toute façon ».

Il y a quelques jours à peine, Christine Gil recevait les attestations de conformité de ses produits (ndlr : couettes, édredons, oreillers). Elle peut désormais les commercialiser. Réaliste, elle sait pourtant que la Couette Maxime (hommage au second prénom de son homme, Maximilien) peut ne pas couvrir autant de lits qu'espéré. Pour un peu, elle s'y préparerait presque. Sereine. « Je retiendrai l'aventure humaine, le fait de m'obliger à me bouger, à avancer, mais surtout l'incroyable sensation de ne pas être seule dans ce projet… C'est sans doute ça le plus fou, tout ce qu'ils ont fait, pour moi… ». Son regard glisse alors sur les visages rassemblés autour d'elle. Le rire cède la place à l'émotion.
                   NICOLAS  HUBERT

Couette Maxime: Chemin de l'école
09460 Quérigut; tél. 04-68-31-62-99
mail:
contact@couette-maxime.com
site:www.couette-maxime.com

Partager cet article
Repost0

commentaires